Culture de Beijing

Source:29/07/2016 15:24

Beijing est une ville historique et culturelle millénaire. Pendant une période de plus de 800 ans à partir de la dynastie Jin, de nombreux palais magnifiques ont été construits, faisant de Beijing la ville possédant le plus grand nombre de palais impériaux, jardins, temples et mausolées de toute la Chine, construits dans les styles les plus divers.

Les temples de Beijing

De nombreux temples et lieux de culte sont disséminés dans la ville de Beijing: les temples bouddhistes de Fayuan, Tanzhe, Jietai et Yunju, ainsi que les temples de Badachu; le temple taoïste du nuage blanc; la mosquée Niujie; le temple des Lamas (bouddhiste tibétain); les églises catholiques Saint-Sauveur et Saint Joseph; et les églises chrétiennes de Gangwashi et Asbury.

Les huit grands sites du vieux Beijing

Les huit grands sites du vieux Beijing, à l'intérieur et autour de la ville sont des lieux d'un grand intérêt historique. Chacun d'eux a un nom illustrant ses qualités particulières, sous une phrase lyrique de quatre caractères : Jimenyanshu (Xitucheng), Lugouxiaoyue (le pont de Lugou), Jintaixizhao (la rue Jintai), Qiongdaochunyin (le parc Beihai), Juyongdiecui (Badaling), Taiyeqiubo (Zhongnanhai), Yuquanbaotu (le mont Yuquan) and Xishanqingxue (la colline parfumée, Badachu).

L'opéra de Pékin

L'opéra de Pékin est la quintessence de la culture chinoise. Les habitants de la ville l’apprécient énormément. En se promenant dans Beijing, il n'est pas rare d'en entendre des mélodies.

Les hutongs

Les hutongs sont l'une des plus belles caractéristiques des habitations locales de Beijing, elles datent de la dynastie Yuan. Le terme en mongol signifie ruelle. Il y a plus de 7 000 hutongs dispersés dans Beijing, et chaque ruelle possède sa propre histoire.

Les siheyuans

Un siheyuan est une résidence traditionnelle composée d’une cour carré entourée de maisons à chaque côté dont les murs extérieurs forment les hutongs. Les maisons faisant face au nord et au sud sont considérés comme formant la résidence principale, et ceux sur les deux côtés (est et ouest) sont considérés comme des maisons secondaires. À l’exception de la porte principale, il n’y a pas d’ouverture donnant sur les hutongs. C’est une construction traditionnelle de Beijing, calme et isolée.

L’axe central de Beijing

L’axe central de Beijing était l’axe principal de la ville sous les dynasties Ming et Quing. Il traverse la ville du nord au sud, depuis les tours de la Cloche et du Tambour au nord jusqu’à la porte Yongding au sud. Il fait environ 7,8 km de long, et la Cité interdite est située en son milieu. La planification urbaine qui a eu lieu le long de cet axe est remarquable par sa symétrie.

Les remparts de Beijing

Les remparts de Beijing sont un terme générique pour désigner le système de défenses civiles construit lors des deux dernières dynasties de l’histoire de la Chine : la dynastie Ming et la dynastie Qing. Ils entourent plusieurs palais, la Cité interdite, la cour intérieure et la cour extérieure, et se composent des remparts, de portes, de l’enceinte, de tourelles, de tours de guet et de douves. Les remparts étaient à une époque le système de défenses urbaines antiques le mieux préservé de Chine.