La para skieuse de fond Birgit Skarstein déclare qu’elle croit beaucoup en Beijing 2022

Source:06/07/2018 14:06

La para skieuse de fond Birgit Skarstein déclare qu’elle croit beaucoup en Beijing 2022

L’athlète norvégienne Birgit Skarstein « croit beaucoup » en Beijing 2022. Elle s'attend à ce que ces Jeux « donnent un nouvel élan » aux Jeux paralympiques d'hiver et envoie un message fort prouvant ce dont les personnes handicapées sont « capables ».

La para skieuse de fond Birgit Skarstein déclare qu’elle croit beaucoup en Beijing 2022

Skarstein qui a concouru aux Jeux paralympiques en para ski de fond et en aviron, est venue à Beijing 2022 en juin dernier pour assister au débriefing des Jeux Olympiques et paralympiques d'hiver de PyeongChang 2018.

« Avec l’organisation (comité d’organisation) et toutes les compétences dont vous disposez dans l’équipe, je pense vraiment que Beijing peut faire des Jeux paralympiques d’hiver quelque chose d’encore plus grand et plus fort. Je crois beaucoup en Beijing 2022. » a-t-elle déclaré.

Skarstein espère que les Jeux paralympiques d'hiver de Beijing 2022 puissent inciter davantage de personnes handicapées à devenir actives et à trouver dans le sport la camaraderie « qui leur fasse vivre l’esprit d’équipe » et « bien d’autres émotions encore » comme le respect et l'égalité.

« J'espère que les Jeux montreront ce dont nous sommes capables, car il s'agit vraiment de cela et de combien l’on peut devenir bon dans ce que l’on fait », a déclaré Skarstein.

Skarstein était invitée avec Sarah Hendrickson, athlète de para saut à ski, à partager son expérience des Jeux de PyeongChang 2018 et discuter de comment assurer aux athlètes une expérience extraordinaire aux Jeux – une des priorités de Beijing 2022.

C’était la première fois que Skarstein venait à Beijing. Elle a trouvé la ville immense comparée aux villes de Norvège dont le pays tout entier ne compte qu’un peu plus de 5 millions de personnes.

« C’est incroyable, mais très agréable, et très beau. » a-t-elle dit de la capitale chinoise.

Née en 1989, Skarstein s'est blessée à la jambe gauche lors d'un accident de natation en 2010. C’est une injection épidurale mal administrée pendant son traitement qui a entraîné une lésion de la moelle épinière et l'a rendue paralysée à partir de la taille.

Skarstein s’est mise au para ski car elle voulait reprendre les activités qu'elle pratiquait avant sa blessure.

« Le ski était une activité naturelle. Mes amis et ma famille en faisaient. Je voulais vraiment revenir sur les skis et aller en montagne avec eux », a-t-elle expliqué.

De plus en plus rapide sur les pistes, son parcours paralympique a commencé quand un entraîneur de l'équipe nationale norvégienne l'a remarquée lors d’un événement local.

Elle s'est ensuite qualifiée pour les Jeux paralympiques d'hiver de 2014 à Sotchi et a participé aux épreuves de 5 km et 12 km de para ski de fond. A PyeongChang 2018, elle a terminé 7ème au 5 km assis et 8ème en sprint assis sur 1,1 km ainsi qu’au relais mixte 4 × 2,5 km.

Skarstein a également fait de l’aviron, en partie parce qu'elle avait besoin d'un deuxième sport pour obtenir plus d'heures d'entraînement, et est rapidement devenue l'une des meilleures au monde au skiff féminin (ASW1x).

Elle a remporté la 4ème place en skiff à Rio 2016, rejoignant ainsi le petit groupe d'athlètes a avoir participé aux éditions d'été et d'hiver des Jeux paralympiques.

Malgré ses résultats, Skarstein a vécu « beaucoup de moments de doute », se demandant souvent : « Suis-je assez forte ? Suis-je assez douée ? Suis-je assez solide ? »

S’entraîner dans deux sports est « une vie difficile » pour Skarstein, car il n'y a presque jamais de jour de repos. Elle se sent mal à l’aise quand elle doit manquer des fêtes d'anniversaire de famille et d'amis ou des vacances avec eux.

« Mais au final, c'est ce que je veux faire. Et je trouve toujours un moyen de revenir sur ma conviction que cela en vaut la peine. Et puis après un moment sans, il y a toujours un moment avec », a déclaré Skarstein.

La para skieuse de fond Birgit Skarstein déclare qu’elle croit beaucoup en Beijing 2022

Skarstein a étudié les sciences politiques à l'Université d'Oslo. Elle travaille maintenant à temps partiel pour le conseil municipal d'Oslo et pour des organisations telles que le conseil consultatif norvégien sur la biotechnologie, qui s'implique dans des projets liés aux personnes handicapées et à l’accessibilité.

Skarstein a beaucoup d’admiration pour les personnes ayant une déficience et les encourage à apprécier et partager avec leurs proches la joie et les larmes du « dur » périple qui les attend.

« Quel que soit votre rêve, allez-y et essayez. Vous tomberez. Vous tomberez vraiment bas. Mais vous devrez vous relever et continuer à bouger ... Soyez positif mais soyez réaliste. La force de vos pensées ne peut pas tout changer mais elles peuvent faciliter le voyage. »