Présentation de la performance artistique des 8 minutes de Beijing

Source:26/02/2018 20:03

Présentation de la performance artistique des 8 minutes de Beijing

Les 8 minutes de Beijing intitulées «Rendez-vous à Beijing en 2022 » ont été dirigées par Zhang Yimou, célèbre réalisateur chinois dont le nom est étroitement associé aux Jeux Olympiques. En effet, Zhang Yimou avait déjà réalisé avec succès les 8 minutes de Beijing à l'occasion de la cérémonie de clôture des Jeux Olympiques d’Athènes en 2004, puis la cérémonie d'ouverture des Jeux Olympiques de Beijing 2008. Lors d'une interview récente, le réalisateur a expliqué aux médias que le spectacle avait cette fois été créé avec «des styles et des méthodes modernes pour présenter un riche mélange de culture chinoise et d’éléments des sports d'hiver tout en révélant une nouvelle image de la Chine à l’heure d’une nouvelleère ».

La performance commence avec la musique. Pour symboliser la XXIVe édition des Jeux Olympiques d'hiver qui se tiendront à Beijing, 24 patineurs à roulettes s’élancent sur la scène en même temps que 24 écrans «de glace» transparents montés sur des véhicules à guidage automatique (AGV) se déplaçant sur le sol. Les 24 patineurs sont tous de jeunes étudiants de l'Université des sports de Beijing. Deux d’entre eux déguisés en panda, dirigent chacun une moitié de la troupe. Tous s’élancent en dessinant de belles courbes lumineuses réalisées grâce à de nouvelles technologies de projections d’images qui représentent la trace lumineuse de leur passage sur le sol. Leurs mouvements, en parfaite harmonie avec ceux des écrans «de glace» montés sur les AGV offrent un spectacle son et lumière qui allie culture et nouvelles technologies. L'idée de déguiser les chefs de la troupe de patineurs en panda s’inspire de l'art des marionnettes chinoises du sud-ouest de la Chine, dans la province du Sichuan, qui abrite les pandas. Les costumes de panda qu’ils portent ont été réalisés par le théâtre de marionnettes géantes de Nanchong, seul théâtre à produire et réaliser ce spectacle caractéristique du nord du Sichuan, une forme artistique qui figure sur la liste du patrimoine culturel immatériel de la Chine.

Les mouvements coordonnés des patineurs et des écrans «de glace» font apparaître sur la scène des images des sports d'hiver comme le hockey sur glace et le curling. Avec leur crosse imaginaire, les 24 patineurs font mine de pousser le palet virtuel qui apparait sur les écrans tout en provoquant des éclaboussures de fragments de glace. Ils font ensuite glisser les pierres de curling vers les cibles et au moment où les pierres entrent en collision avec les écrans, des anneaux de lumière éclairent la scène.

Les lumières s’estompent, un lac gelé apparaît. Sous la surface, dans l'eau cristalline, des bancs de poissons qui frétillent viennent apporter un peu de vitalité aux longs jours d’hiver. Alors que les patineurs s’élancent, apparaîssent sur les écrans «de glace» des images d’ours polaires, de cerfs, d’oiseaux en vol, de bancs de poissons qui offrent aux spectateurs une scène d’harmonie entre l'homme et la nature.

Les trâces lumineuses des patineurs s'entrelacent ensuite pour former un très beau noeud chinois traditionnel caractéristique du Nouvel an chinois. Les Jeux Olympiques et Paralympiques d'hiver de Beijing 2022 étant prévus pendant cette période que l’on appelle également le Festival du printemps, les noeuds font partie des décorations traditionnelles pour symboliser l'unité, l'amour et la chance à cette période de l’année.

Les patineurs continuent à se mouvoir le long de magnifiques courbes tandis que des images de la Chine à l’heure d’une nouvelle ère s’affichent sur les écrans «de glace».

L'on aperçoit en premier la Grande Muraille site inscrit au patrimoine mondial qui est depuis bien longtemps l’un des symboles les plus forts de la Chine.

Ensuite, c’est le réseau ferroviaire à grande vitesse chinois. Grâce à près d'une décennie de développement rapide, le train à grande vitesse est devenu l’un des principaux moyens de transport des Chinois. A la fin de 2017, le réseau s’étendait sur 25 000 kilomètres. Dans le même temps, un nombre croissant de pays d'Asie, d'Europe, d’Amérique du sud et du nord et d'Afrique ont adopté les trains à grande vitesse chinois.

Des images de villes chinoises apparaissent ensuite. De hautes tours élégantes et modernes se multiplient les unes à côtés des autres et sont maintenant caractéristiques de la plupart des villes chinoises d’aujourd'hui.

Vient ensuite le Stade national, également connu sous le nom de Nid d'oiseau. Il a accueilli les cérémonies d'ouverture et de clôture des Jeux Olympiques et Paralympiques d'été de Beijing 2008 et accueillera celles des Jeux Olympiques et Paralympiques d'hiver de Beijing 2022.

Le Centre national des arts de la scène apparaît à son tour sur les écrans. C'est le lieu le plus prestigieux de Chine pour les arts de la scène et sert de plate-forme pour les échanges culturels avec le monde entier.

C'est ensuite au tour des ponts chinois. À la fin de 2017, on dénombrait en Chine plus de 800 000 ponts autoroutiers et 10 000 kilomètres de ponts réservés aux trains à grande vitesse. En comptant ceux en construction, l'on dénombre actuellement 135 ponts au-dessus du cours principal du fleuve Yangtze, en aval de la ville de Yibin dans la province du Sichuan. De même, on remarque une implication croissante des Chinois dans la construction de ponts dans le monde entier, y compris, par exemple le Bay Bridge qui relie San Francisco à Oakland aux États-Unis, le deuxième pont de Penang en Malaisie et le plus long pont à haubans d'Afrique de l'est, le pont Kigamboni en Tanzanie.

Après les images des ponts viennent celles des autoroutes. En 2017, le réseau d’autoroutes de Chine a atteint 130 000 kilomètres au total et est devenu le plus long du monde.

On aperçoit ensuite «l’oeil du cielchinois », le radiotéléscope sphérique de cinq cents mètres d'ouverture (abrégé en anglais FAST pour Five-hundred-meter Aperture Spherical Radio Telescope). Inauguré à Guizhou en septembre 2016 et commençant à recevoir des ondes électromagnétiques des profondeurs de l'univers, cet énorme projet sera d'une grande importance pour la Chine. Il va permettre au pays de réaliser des percées scientifiques majeures et d’intensifier son développement axé sur l'innovation.

Après «l’oeil du ciel chinois» viennent les images du C919, le premier grand avion de ligne fabriqué en Chine qui a réalisé avec succès son premier vol d'essai le 5 mai 2017. Cet avion existe en deux versions, une version standard avec une autonomie de 4075 kilomètres, et une autre version avec une autonomie de 5555 kilomètres. La Chine a maintenant rejoint le petit groupe des nations capables de développer leurs propres grands avions de ligne.

On termine avec les images de la future station spatiale chinoise. Le vaisseau cargo spatial chinois Tianzhou 1 a été lancé avec succès en 2017, ouvrant la voix à «l’ère de la station spatiale» du programme de vols habités de la Chine. La Chine lancera successivement un module de base de la station spatiale et un module de laboratoire, ainsi que toute une série d’engins spatiaux habités et de vaisseaux cargo, pour achever la construction de son laboratoire spatial. À ce jour, la Chine compte plus de 2000 réalisations dans le domaine des technologies spatiales appliquées à la vie civile comme par exemple l’économie.

Tandis que l’histoire de la Chine défile sur les écrans «de glace», en vue aérienne, , les courbes mutlicolores au passage des patineurs se transforment petit à petit en un magnifique long coloré. En Chine, le long est un animal mythique porte-bonheur à la forme d’un dragon dont l’apparition augure la chance. Les Chinois se disent eux-même «descendants du dragon».

La trajectoire des patineurs évolue à nouveau pour former cette fois un autre animal porte-bonheur en Chine, le phoenix (feng) étendant ses ailes. Dans la culture chinoise, le dragon long et le phénix feng sont tous deux symboles de bonne augure. Ils apparaissent ici sur scène pour apporter la chance et augurer de la réussite des Jeux Olympiques d'hiver que souhaite le peuple chinois.

Les 24 écrans «de glace» se déplacent à leur tour pour former un cercle et laisser apparaître au centre de la scène, la planète bleue sur laquelle nous vivons. On peut alors voir sur les écrans «de glace» des enfants du monde entier affichant un large sourire. La scène est alors encerclée de rubans colorés, de branches d'oliviers et de fleurs de prunier. Dans la culture traditionnelle chinoise, la fleur de prunier est utilisée pour symboliser la noblesse de caractère, la persévérance et la modestie.

Les anneaux olympiques apparaissent alors au milieu de la scène.

Les images d’un village planétaire, les visages souriants, les branches d'oliviers, les fleurs de pruniers et les anneaux olympiques incarnent ensemble la vision de la Chine de bâtir une communauté de destin pour l'humanité, de promouvoir la paix dans le monde et de construire ensemble un monde meilleur.

La trajectoire des patineurs change encore pour former cette fois l'emblème des Jeux Olympiques d'hiver de Beijing 2022, intitulé «Rêve d’hiver». L'emblème, ainsi que les pictogrammes des 15 disciplines inscrites au programme des Jeux, soulignent les efforts inlassables réalisés par la Chine en vue d’accueillir l’organisation des Jeux Olympiques d'hiver; encourager 300 millions de personnes à pratiquer des sports d'hiver et devenir un grand pays sportif. L’emblème incarne l'engagement de la Chine dans la promotion du développement mondial des sports d'hiver et du Mouvement olympique.

Apparait ensuite sur la scène un cyber tunnel à travers lequel les chefs de la troupe déguisés en pandaretournent à Beijing en tant que «messagers panda» pour recueillir les invitations et voeux du peuple chinois. La Chine compte le plus grand nombre d'utilisateurs d'Internet au monde, plus de 700 millions, soit un cinquième de la communauté mondiale d’internautes, et est en train de devenir un pays de pointe en matière d’activités liées à Internet. Les quatre écrans d'affichage du stade commencent alors à projeter une vidéo des «messagers pandas» volant à travers le pays pour recueillir les invitations et les voeux de la population. Le Président Xi Jinping apparaît ensuite sur les écrans pour s'adresser au public et étendre cette invitation chaleureuse de centaines de millions de Chinois au monde entier.

Les «messagers pandas» reviennent ensuite à travers le cyber tunnel sur le site de PyeongChang avec les messages qu’ils ont recueillis. Au centre de la scène apparaît alors une énorme enveloppe qui, une fois ouverte, révèle le visage du Président Xi Jinping et de ceux d'innombrables Chinois accueillant des amis de tous les pays avec de larges sourires. Autour de l'enveloppe apparaissent les années des vingt-trois éditions passées des Jeux Olympiques d'hiver, depuis les premiers Jeux inauguraux de 1924 jusqu’à ceux de 2018. Les patineurs continuent leur chorégraphie pour présenter l’année 2022 tandis qu’autour de la scène apparaît dans différentes langues l’expression «Rendez-vous à Beijing», une invitation ainsi faite au monde entier à se réunir à Beijing dans quatre ans.